Articles

The Public Sermon: Paul's Cross and the culture of persuasion in England, 1534-1570

The Public Sermon: Paul’s Cross and the culture of persuasion in England, 1534-1570The Public Sermon: Paul’s Cross and the culture of persuasion in England, 1534-1570

Kirby, W. J. Torrance (McGill University)

Renaissance and Reformation, Vol.31, No.1 (2008)

Abstract

La tribune en plein air située dans l’enceinte de la cathédrale St-Paul de Londres, et connue sous le nom de la «croix de Paul», compte parmi les plus importants lieux publics de l’Angleterre de la Renaissance. Dans une société où le sermon était le vecteur principal d’éducation des adultes, de direction morale et de contrôle politique, la croix de Paul constituait la tribune ultime, voire la tribune publique de l’Angleterre elle-même. Elle était de longue tradition le lieu des proclamations officielles civiles et religieuses. Les intervenants dûment approuvés y exposaient les politiques gouvernementales et y dénonçaient les hérésies et les rébellions. Pourtant, à l’opposé de l’abbaye royale de Westminster, St-Paul appartenait davantage aux sujets qu’à la monarchie. En dépit du règlement officiel, la croix de Paul offrait un forum populaire favorisant l’exposition de divers points de vue dans le domaine turbulent des idées religieuses et politiques. Dès le XIIIe siècle, l’enceinte cathédrale avait été le lieu préféré des protestations populaires, un endroit où le peuple pouvait donner libre cours à ses doléances, et où les enjeux vitaux de la nation prenaient corps. On a dit que «la Réforme anglaise s’était faite à la croix de Paul». Dans ce cas, quel était le rôle du sermon public dans la formation du public religieux et des identités de l’Angleterre de l’époque? Qui étaient les principaux agents et acteurs? Comment étaient constitués les auditoires? Quelles sont les ruptures et les continuités dans l’utilisation de cette tribune publique au cours des différentes étapes de la Réforme anglaise, du règne d’Henri VIII à celui d’Élizabeth Ière?

Click here to read this article from Renaissance and Reformation

Show Buttons
Hide Buttons